L'Appel de la crèche - Carlito

Aller au contenu

Menu principal :




CD "Allez boire à la fontaine"                                                                                                            Cantique modifié
Musique, orchestration et chant : Carlito

        
5
Jésus dans la souffrance
Contente Ses désirs,
Mais toi dans l'abondance
Tu prends tous tes plaisirs,
Viens, mondain, et contemple
Cet enfant à ton tour.
Ta vie et ton exemple
Combattent Son Amour.
      
II /
Reprise de la strophe 1
       
6
O princes de ce monde,
Vous avez des palais,
Chez vous tout bien abonde,
Vous avez des valets.
L’étable est la retraite
Du Seigneur des seigneurs,
Il est dans la disette,
Il est sans serviteurs.
8
Il vous dit par ma bouche
Qu’Il vous aime ardemment
Et que ce qui vous touche
Le touche infiniment.
Souffrez-vous la misère ?
Il vous en tirera.
Avez-vous quelque ulcère ?
Il vous en guérira.
7
Chrétiens infidèles,
Pourquoi vous arrêtez
A mille bagatelles
Qu'il vous faudra quitter ?
Venez dans cette étable
Trouver dans cet enfant
Un plaisir  véritable,
Un bonheur  permanent.
9
Il est si charitable,
Qu’Il s'est fait tout à tous !
C'est un Maître adorable,
C'est un très chaste Époux,
C'est un ami très tendre,
C'est un bon médecin.
Allons sans plus attendre,
Lui mettre tout en main.
       
I/
1
C’est dans ce lieu, grand Maître
Que Vous venez des Cieux
Pour nous faire connaître
Le moyen d’être heureux,
Mais je n’y vois personne
Prendre Votre leçon.
Quoi ! L’on vous abandonne ?
Pardon, Jésus, pardon.
2
Avare, tu ne penses
Qu'à l'argent et qu'au bien,
Tu vis dans l'abondance,
Tu ne manques de rien ;
Et cet enfant aimable
Vient par Sa pauvreté,
Au milieu d’une étable,
Toucher ta dureté.
3
O Seigneur adorable,
Je fais à Vos grandeurs
Une amende honorable
Pour les pauvres pécheurs.
Enfant  très débonnaire,
Permettez-moi d'aller
Dire à toute la terre
De venir  Vous parler.
4
Créature orgueilleuse,
Viens trouver ton écueil
A l'éclipse amoureuse
De ce divin Soleil.
Peux-tu t'en faire accroire
Et t'élever sur tous,
Et voir le Roi de gloire
Abaissé jusqu'à nous ?
    

La naissance de Jésus reste un événement qui a marqué l'histoire de l'humanité de façon irréversible, apportant une vision de l'homme extraordinairement bonne, positive et qui nous interpelle toujours.
     
 Dans ce poème, Saint Louis-Marie nous invite à contempler la grande humilité de notre Dieu qui se donne en la personne de Jésus à la crèche mais nous invite surtout à l'imiter. Quel grandeur dans cet abaissement, quelle douceur de la part de notre Dieu, le Seigneur des seigneurs, le Tout-Puissant, le Seigneurs des armées, le Très -Haut …! Le voilà dans ce petit poupon ! Quel surprenant geste de la part du Seigneur !
        
 Qui oserait Lui dicter Sa conduite ? Les musulmans ? Les juifs ? Tous ces croyants ne veulent pas ou n’en supportent pas l’idée, sans parler des incroyants qui souvent ridiculisent ce mystère de l’Incarnation. Pourtant Dieu est libre et nous chrétiens, croyons que dans ce petit enfant de la crèche, s’est Dieu fait Homme ! Ne craignons pas de vivre de Sa liberté mais qui sera souvent en bute à la contradiction.
         
 Saint Louis-Marie nous invite à venir nous agenouiller devant le Divin Enfant, à faire fondre nos cœurs de pierre, à y découvrir les beautés de la simplicité, à venir confondre notre orgueil qui souvent est désastreux dans nos vies, dans nos rapports aux autres. Souvent nous croyons être supérieur aux autres et avons du mal à nous mettre à leur service.
 L’humilité de Jésus est très pertinente, elle nous libère de nos désirs insensés et incontrôlés qui souvent nous poussent à nous rendre complice d'une société de surconsommation effrénée dont les pièges sont nombreux et malheureux. Surtout elle maintient l'homme dans son incapacité à s'ouvrir aux valeurs spirituelles et le conduit souvent à un individualisme desséchant et navrant. Comme le Verbe fait chair, choisissons la voie de la pauvreté, celle du cœur mais aussi effective, matérielle, afin de nous protéger de son influence nauséabond, saturant nos sens de façon brutale, enténébrant notre esprit et alourdissant notre âme.
 Ce petit enfant de la crèche veut nous dépouiller de tout ce qui encombre notre marche vers le bonheur, la paix du cœur. C'est la porte de toutes les vertus sans laquelle toutes les autres ne sont que parade et façade.
     
 Heureuse et mille fois heureuse, est l'âme qui puise aux sources de la pauvreté, car il possèdera de grandes richesses, la joie, la liberté !
  
 Le Christ nous en donne l'exemple et nous avertit des dangers à rechercher les richesses pour elles-mêmes. Il nous invite à placer tout ce qui constitue notre vie, dans une « vision providentielle », un esprit de service et non de concurrence où on écrase l'autre, que ce soit dans le pouvoir, les richesses matérielles ou intellectuelles, les talents que Dieu nous a confiés, etc. ....

"Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ." (Mathieu 6-21)

Dieu s'est abaissé et s'est fait homme pour que l'homme puisse s'élever et devenir
comme Dieu ! Qu'Il en soit pour toujours glorifié et honoré !
  
Dieu Seul

Retourner au contenu | Retourner au menu